5ième brigade mécanisée de la 3ième division blindée 1ère classe Tübingen am Neckar le 24ième GC


Mise à jour 20 mars 2013
Vous êtes son énième visiteur. Merci !
Histoire et tradition de la Garde Napoléonienne, chasseurs à pied, portés, mécanisés, alpins jusqu'à la dissolution du 24ième GC !
Année 1984, des photos "souvenirs" très présentes pour les appelés à cette période !
Les transmissions de la CCAS sur la période 1978 / 1979 par Patrick et Alain de la 78/12 !
Réfection des liens vers les sites perso et pro des chasseurs et propres à ce "ex-quartier" français !
SCOOP : Le Quartier Maud'huy en 1955 occupé par le 20ième BCP et non le 24ième BCA !
Images issues du forum 30ième par le chasseur Michel et une spéciale Frédéric d'un tir Milan !
De nouvelles photos : la 68 1/C par le chasseur / chauffeur Jean François !
De nouvelles photos : la CEB par Michel en 75 et de la fanfare par William 74/06 !
Recherchez et cliquez "gauche" sur les caractères en "orange", ils cachent des images !
Quelques photos du CIECM lors de la cérémonie de la flamme à Paris !
Une visite virtuelle et temporelle du quartier des chasseurs si vous comprenez ce lien !
Quelques photos de la CEB 5 rattachée au 24ième dans les années 67/68
Quelques photos de la fanfare du 24ième GC avant sa dissolution en 1991!
Aux Drapeaux !

1ère Classe 77/10, au rapport ! Je suis retourné pdt les vacances d'été 2003 à Tübingen en famille, 26 ans après ! ET Je suis rentré dans l'enceinte ! Non seulement elle n'a pas été détruite, mais les bâtiments du quartier français (Französishes Viertel) sont réhabilités pour accueillir des familles pauvres, célibataires, surtout des étudiants.

Quid Tübingen ? Mais les FFA, c'était les Forces Françaises en Allemagne, plus exactement en RFA, dans le Baden Wurtemberg, au-dessous de Stuggart. Une force d'occupation ? Non, seulement une occupation de locaux des casernes ex-SA Allemandes, avec une emprise sur quelques terrains boisés de la forêt noire pour faire évoluer personnel et engins.
Sinon, la ville est une magnifique à visiter, avec son vieux quartier médiéval (reconstruit) et son université de qualité. Une petite ville tranquille, dont les rues étaient égayées le soir par les jeunes issues de ce baby-boom des années 1950, qu'ils soient étudiants ou appelés du contingent français.
Des mélanges ? Non, mais pourquoi pas. Nous n'y pensions point, on avait tous nos rêves et nos angoisses, et à 20 ans, notre cœur était trop petit pour saisir toutes ces opportunités de brassage de sentiments, et d'idéalisation de la vie.
Mais, comme chacun, j'ai eu mes heures "fleurs bleues" :

  • déblayer la neige devant un immeuble de civils et être invité par chacun des résidents,
  • jouer avec des enfants allemands où la barrière de la langue est vite franchie,
  • demander du feu à un jeune allemand et parler de nos pays, nos études et espérances,
  • s'enfoncer en terra incognita avec son vélo et saluer les gens d'un "GrussGott" avé l'accent méridional,
  • prendre le bus, navette, train et essayer d'être naturel, d'être touriste et non militaire,
  • s'entendre parler dans sa langue quand vous êtes perdu, croiser ce regard, ce sourire et avoir chaud au cœur de se dire "j'existe",
  • avoir eu un "ausweis" pour passer la nuit chez des amis allemands sans rentrer à sa piaule (le must, l'épate pour les copains !),
  • commander une bière et la boire d'un trait (0,5 l) comme votre voisin bavarois...

J'étais GV dépanneur-radio, et pendant les manœuvres, je courais derrière les chars en dévidant un câble téléphonique (DR8) et porteur d'un MAS 39, je crois, seul fusil de 5 cartouches en dotation pour les dépanneurs. C'est à dire qu'il se passait de classe en classe, et au drapeau, les dépanneurs étaient les seuls à réaliser un salut complexe au fusil, ce qui était beaucoup plus technique qu'avec un fusil-mitrailleur. J'étais sous les ordres du lieutenant colonel GILLIS. Je me souviens bien des sergents Ribes, Prola, appelés du contingent mais pour les autres engagés, du département TRANS, je n'ai en mémoire que leurs visages... mais il me reste cette phrase de mon capitaine :
"Chasseur un jour, Chasseur toujours" --> Peut-être se reconnaîtra-t-il ?

Voici des infos fraîches : La coopérative et son restaurant près de la gare viennent d'être détruit. Ensuite, la caserne où était réalisée le pain et abandonnée mais présente, maculée de tag et fenêtres cassées. En revanche, la rue desservant les casernes est signalée par ce panneau remarquable "allee des chasseurs". Mes amis allemands (retrouvés après 26 ans) m'ont expliqué que la ville a voulu rendre hommage au 24ième GC pour services rendus. Je n'ai pas retrouvé le parcours du combattant mais le chemin du BEKA (ni l'usine BEKA) a été transformé :
- côté voie ferrée, --> transformé en une autobahn très pratique pour aller sur Stuttgart !
- coté collines (vers Reutlingen), --> transformé en une agréable piste cyclable rejoignant les villages entres eux.

Cette page propose une visite guidée en 2003 des locaux de l'ex-quartier du 24ième Groupe de Chasseur, ainsi que des photos au temps de son fonctionnement. Mais rien ne vous empêche d'y superposer vos propres images en pensée !

Enfin, je vous propose la visite des sites suivants pour apprécier le charme de Tübingen en famille :

  • Visite de Tübingen par Jean-Charles Liess, de très belles photos, site perso (ADSL recommandé !)
  • Visite de Tübingen et ses environs par de magnifiques photos depuis un site touristique.


Visite récente avec le chasseur Tarrisse
(Pour plus de détails, CLIQUEZ sur les images)

C'est avec une grande émotion que je prends l'allée conduisant aux quartiers du 24ième. Et, là, une inscription en Français ! Les habitants de Tübingen n'ont pas oublié !
Ni guérite, ni portail, le quartier fait partie de la ville de Tübingen, aussi nous entrons sans difficulté depuis la cour arrière du mess, convertie en quai de chargement pour société de dépannage en électroménager.
Vue sur le bâtiment du mess, où se tenait le quartier de la fanfare, pour laquelle je réparais leur cor de chasse. Sur la photo précédente, les chaises au mur sont une spécificité allemande. Un ancien, ou une couturière y prenne place, lit ou raconte des histoires. C'est un témoignage vivant (enfin, c'est ce que j'ai compris!).
Evidemment, ma chambre, partagée avec 5 autres chasseurs, 2 dépanneurs radio Conan et Schenk (diminutif car nom alsacien), 3 caporaux radio dont j'aurai aimé placer leurs noms, mais oublié - sorry - mais pas leurs visages...
Je faisais placer les chars AMX13-SS11 et AMX13-VTT le long de cette fenêtre pour brancher la rallonge électrique et souder les connecteurs de tourelle.

Entrée sous un des porches, constat de florès de boîte à lettre d'où supposition d'appartements pour étudiants ou émigrés par chambrée. Mais je n'ai pu aller plus loin, cependant le creux des marches témoigne d'une circulation passée intense...
Derrière ce bâtiment, l'atelier de dépannage radio, dont le sol avait été briqué par mes soins, autant qu'une chambrée. On prenait les patins pour y entrer ! Sinon, gâre, et cela quel que soit le grade ! Particularité : les branches d'arbres chargées des chaussures de sortie des contingents précédents !
Vue sur la place d'arme depuis le mess. Le bâtiment à droite accueillait les nouveaux contingents. Bientôt de nouvelles constructions comme celles du fond, casseront à jamais l'équilibre de ces bâtiments austères avec leur place.
Ces nouvelles constructions remplacent les hangars pour chars et camions. Au-dessus, les ateliers de réparations des véhicules. Un des sergents avait regretté que je ne vienne pas travailler avec lui. J'aurais appris des choses !
Contournement de ces immeubles "à la recherche du temps perdu". Et, voici la terreur des conducteurs de chars, la descente aux ateliers, depuis la forêt. Aucun ne réussissait le double débrayage, tout aux freins ! Paradoxe, des tracteurs contemporains aux AMX13. Témoin des manœuvres de chars, la raquette encore mentionnée comme route sur le guide Michelin !
Et voici au bout de ce chemin le mirador. La guérite, à son pied n'existe plus, mais la barrière est là, ouverte dans les ronces. C'est lors d'un tour de garde de nuit que j'ai cassé la matraque en m'occupant à la lancer en l'air !
Retour vers la place d'arme par l'autre côté. Il est à noter la réouverture de ce cours d'eau à l'air libre pour agrément. Je n'en connaissais pas l'existence !
Le quartier de l'état-Major ! Il a gardé son nom, possède un restaurant Le Quartier "Genießen wie Gott in Frankreich...der französischen Garnison" Allez-y si vous passez, nostalgique, par Tübingen. Les souvenirs afflueront !
Nous quittons l'enceinte, passage obligé devant l'ancienne entrée, et dont la guérite a disparue. Il reste les marches conduisant au vaguemestre et surtout au mess. La fonction reste, après rinçage des gosiers, aujourd'hui le linge...
Et la terreur des appelés, le cross du Beka (petit, moyen, grand) qui rappellera des souvenirs à plus d'un ancien ! Plus d'usine de casseroles, le chemin transformé en piste cyclable goudronnée, l'aire de jeu (PC) en aire de jeu... J'étais à l'aise, j'aimais courir, mais mon adjudant CCS étais bien plus fort que moi !
Et pour terminer cette visite, rendons à César ce qui lui appartient par cette photo issue du site CIECM d'un chasseur au garde à vous. Les traditions du 24ième se poursuivent maintenant dans la vallée de l'Ubaye (Barcelonnette).

Le 15 septembre 2006, une délégation du CIECM accueillie par notre Amicale, le Président Alim KRILOV et François TOUSSAINT Commandant en Second du 24 GC de 1982 à 1984, ont guidé deux sous-officiers et six caporaux-chefs à Paris. Hommage au duc d’Orléans à Neuilly-sur-Seine devant sa statue équestre.

En soirée, la traditionnelle cérémonie de la Flamme réunit les chasseurs – jeunes et moins jeunes -sous l’Arc de Triomphe. Présentation du Fanion du 24ième, héritage des chasseurs à pied de la garde impériale !
Vue générale des chasseurs du CIECM rassemblés autour de leur fanion sous l'Arc de Triomphe parisien.
retour haut



Reconstitution de la Compagnie de Casernement d'Armement et de Service sur la période 1977 --> 1978
Essentiellement la section TRANSMISSION rapportée par Alain Castric, notre mémoire !
Engagés
Capitaine MELET
Capitaine ARNOUX (arrivé aux Trans en juillet 78)
Adjudant-Chef HIPPI (responsable de l'ordinaire)
Adjudant-Chef BOITIAUX
Adjudant-Chef GRANDGIRARD
Adjudant-Chef CHANIEL (notre Chef Trans)
Adjudant MOLINIER (notre Chef Trans)
Sergent-Chef DELATTRE
Sergent-Chef WARIN
Sergent-Chef POURTEAU
Sergent EMMA Evaris
Sergent WEBER
Sergent LAVIGNE
Caporal-Chef DESMAKER (conducteur du TBU, ancien porte drapeau, nombreuses campagnes militaires )
Caporal-Chef CRETIN (ex sergent appelé 77/06)
Caporal-Chef BLEZES Jean-Pierre
Appelés
Sergent REDELSPERGER Jean-Paul 78/04
Caporal PUGLIESE Chiffre 77/10
Caporal CAPON Radio 77/12
Caporal MARQUISE Radio 77/12
Caporal SCHMITT Jean-Paul Radio 78/02
Caporal CHEVIGNY Radio 78/02
Caporal GARNIER Jean-Noël Chiffre 78/04
Caporal BERTHEAUD Radio 78/04
Caporal BERGER Rodolphe Radio 78/04
Caporal MONEGO Thierry Radio 78/06
Caporal SALVATOR Philippes Radio 78/06
Caporal PERIQUET Chiffre 78/08
CONAN Dépanneur radio 77/06
SCHENK (diminutif) Dépanneur radio 77/08
SCHREIBER Magasinier 77/08
TARRISSE Joël Dépanneur radio 77/10
MERMET Conducteur de char 78/02
VELTZ Central téléphonique 78/02
FAURE Central téléphonique 78/02
FALZONE Joseph Dépanneur radio 78/04
MORASCHETTI Robert Chauffeur 78/04
CASTRIC Alain Radio-phoniste Magasinier 78/04
JEYSSENS Didier Central téléphonique 78/06
BECKER Chauffeur 78/06
MONNOT Conducteur de char 78/08
VALENTINI Chauffeur 78/08
GUYON Chauffeur 78/12
De Patrick BOURGEAIS, 78/12 du standart téléphonique : il nous livre une série de photos appétissantes sur les TRANSMISSIONS de la CCAS ! (Pour plus de détails, CLIQUEZ sur les images)
                                         
     Il ne reste plus qu'à y placer des noms, dont nos opérateurs du Central, BOURGEAIS et GEISSENS.

De Alain MARIE, 78/12 chauffeur CCAS : d'autres photos mais en couleurs et un complément de celles de Patrick       Pause Déjeuner dans mon Berliet      Une Compagnie en manoeuvre      Gino CATTAFESTA de passage devant le casernement      Gaston MARIE et je ne sais plus au foyer !      Loïc TALMONT, un dur en cuir !      Chambrée de Patrick BOURGEAIS      Sortie avec Patrick BOURGEAIS
De Daniel MATHIEU, 64/2b 24ième GCP, un ancien dépaneur Radio aux TRANS qui poursuivra sa carrière chez les Pétos comme moi !                  
retour haut



Souvenirs d'Emmanuel Vandeputte 20ième BCP 55/2a
(Pour plus de détails, CLIQUEZ sur les images)
Vue générale des bâtiments alloués au FFA :
les "Französishes Viertel" occupés par le 20ième BCP en hiver 1955 / 1956.
Ensuite, le 5 mars 1956, campagne d'Algérie, où sergent, nous avons formé la 4éme Cie du 19éme BCP.
Puis le 26 novembre 56, gravement blessé par balles à la jambe au cours d'une embuscade qui a fait 8 morts et 12 blessés dans nos rangs. Le Capitaine JOUSSEAUME est tombé à mon côté, transpercé à la poitrine par une balle. Heureusement il n'a été que blessé...
Arrivée au Quartier 20e BCP - Quartier Maud'Huy - et non le 24e [ BCP 1871 / BCA 1888 / BCP 1946 / GCP 1960 / GCM 1968 / GC 1975 ] installé à Tübingen depuis le 29 mars 1960, après son départ de Bergzabern en Palatinat.
Si ces faits vous évoquent des souvenirs, écrivez-lui via le courriel suivant.
retour haut



Souvenirs par Michel 65/06->69/1), 1ère Cie puis CEB
CEB 5, Compagnie d'Eclairage de Brigade, 5ième Brigade 3ième Division, rattaché au 24ième GC de Tübingen avant d'être dissoute en 1977, pour devenir EED, Escadron d'Eclairage Divisionnaire directement rattaché à la Division (voir l'info à ce site).
(Pour plus de détails, CLIQUEZ sur les images)
Photo de la CEB en 67/68 avec le Sergent Michel Racine et son chauffeur Dietman dans une jeep. Visite par ce lien d'une jeep radio Hotchkiss M201 supportant un TR VP13 comme sur la photo.
A nouveau les mêmes personnes, plus le chauffeur Capitaine du capitaine (curieux hasard !) et le Sergent Chef Pirodeau. Note de l'auteur : avec l'arrivée des chars AMX13 SS11, obligation de rouler en jeep avec le pare-brise, sous peine de tête décapitée. Ces chars lançaient des missiles téléguidés par fils...
La popote au cours d'un camp à MAILLY en février 67 - CEB 24ème. Du plus loin au plus prés :
Sgt OCTAVE...A/chef BERNARD...A/chef COUTEAU...Sgt RACINE.
Nous étions en camp de toile. Il avait beaucoup plu, nous étions dans la boue.
Repas dans un restaurant à la fin de la manœuvre.
Le Lieutenant HENNEMAN Lt en second de la CEB. L'autre chasseur devait être un aspirant.
Sidi-Brahim 68. Commandant la 5éme Brigade Blindée le général RICHTER. Le colonel BILOU-NABERA chef de corps du 24éme. Derrière, vue du bâtiment de la 11ème Compagnie.
Cérémonie de remise de fourragère à l'abbaye de BEURON (RFA) en mai 68. L'A/chef HUBERT est porte-Fanion du 24ième avec deux chasseurs du contingent. Les Fanions de Bataillon sont l'objet de rituels particuliers qui sont uniques dans notre armée et propres aux Chasseurs. En ordre de défilé, le Fanion se place en tête de Corps, derrière son Chef. Il est porté par un Sous-Officier et sa garde se compose de deux Chasseurs (souvent de 1ère classe). Depuis 1919, tous les Fanions sont bleus et jonquille. Seul le Fanion du 24ème a toujours conservé les couleurs vert-jonquille héritage des Chasseurs à Pied de la Garde Impériale.
En revanche, le drapeau unique des chasseurs était confié à tour de rôle aux unités chasseurs.
retour haut



Souvenirs par Jean-François Lasserre 68 /1C
(Pour plus de détails, CLIQUEZ sur les images)
Entrée du 24°GCM, arrivée du conscrit --> Mai 1968, je quitte ma Dordogne natale pour passer la grille de cette caserne (devenu quartier après son apprentissage !). Je suis de la classe 68 1/C pour accomplir 16 mois sous les drapeaux, la classe suivante n’en fera que 14 !
Dernière marche, --> affecté vers la 11° compagnie 2 mois d’instruction militaire puis dernière marche à pieds via Beuron, avec la remise de la fourragère depuis l' abbaye de Beuron.
Unimog --> toujours à la 11° Cie et les deux mois suivants je vais à la section FRAC pour une formation de chauffeur je passe le permis P.L. sur Unimog et repasse le V.L. sur Jeep.
Source du Danube --> Fin août 68 nous allons à Donaueschingen pour l’obtention des permis et visite de la source du Danube (je suis au centre pour imiter la statue !).
C.C.S. --> Début septembre 68 mutation à la C.C.S pour devenir chauffeur des officiers supérieurs. Je conduis le Cdt. Bonne en 2 CV depuis son domicile à Tübingen jusqu’au quartier puis des missions via Baden-Baden ou Fribourg je totalise près de 25000 km.
Ambiance --> les chauffeurs v.l. se sont groupés chambre 63. En mars 69, j’obtiens le grade de 1° classe. Les week-end pas toujours le moral , la fiancée est à plus de 1000 bornes ! En raison du nom du rugbyman Titou Lasserre connu a cette époque, les copains m’avaient surnommés de son même prénom.
Lacroix et moi --> surprise je retrouve un copain d’école de Dordogne le sergent Jean Claude Lacroix , engagé , il arrive de Trèves.
Attente --> devant le P.C. nous attendons la sortie des officiers.
De gauche à droite, les chasseurs Lasserre , Poinsot , Pinarello. Que sont devenus ces deux copains ? et tous les autres ?
Enfin, la Libération le 27 août 69, je quitte le 24 ° G.C.M.
retour haut



Souvenirs par Michel Lods 1975, Chef de Patrouille
Toujours la CEB dépendant du 24ième GC, mais basée à Horb !
(Pour plus de détails, CLIQUEZ sur les images)
Manœuvre à Mailly en mars 1975, on espionne l'ennemi...
Ils faisaient peurs mais que font-ils maintenant ?
L'oriflamme noir et les soldats au feu.
L'oeil polisson du guerrier.
Revue de packetage de l'outil indispensable à la Compagnie d'éclairage de Brigade : --------> la Jeep radar !
Constituants électroniques à cette Jeep radar.
Planté dans la forêt noire hostile !
Bien installé, j'attends !
retour haut




Souvenirs par Frédéric de la 83/10
(Pour plus de détails, CLIQUEZ sur les images)
Arrivée au Quartier 24e GC - Porte principale depuis la Reutlingen StraBe (Allée des Chasseurs !).
Quartier 24e GC - Place Maud'huy - à gauche, les hangars à véhicules (GBC 8KT Transport de Troupe), et au 3/4 de la place, le mât central portant les couleurs des deux pays. Le bâtiment est celui de la CCS, Compagnie de Casernement et Service.
Cérémonie de libération d'un contingent. J'ai souvenir que les libérables (77/10) restaient avec leur section, contrairement à cette vue. C'est en tant que "civil" que j'ai mis une dernière fois la sono en marche. Enfin, nous étions plus nombreux !
Aux Drapeaux ! Les couleurs sont hissées, et c'est au garde à vous, militaires et civils que l'hommage est présenté. Il ne manque que la sonnerie du clairon pour accompagner cette vue !
Arrivée de la fanfare au pas chasseur ! Difficile de jouer tout en avançant à ce rythme ! C'est cette dynamique qui caractérise celle des chasseurs, toujours présente à nos souvenirs.
La fanfare est en bon ordre devant les couleurs. Alors peuvent retentir les éclats du cor au Quartier du 24ième GC. Cliquez simultanément sur l'image et l'appel du 24ième et rappelez-vous (grand merci à la Fédération Nationale des Amicales de Chasseurs --> voir lien "Forum F.N.A.C, item La Tradition puis Refrains").

La fanfare se produisait aussi à l'extérieur, à Strasbourg sur cette vue. Les fanfaristes étaient de joyeux lurons ! (photos envoyées par William Squive - 74/06 -)
Voici une photo envoyée par Pierre Martin, fanfariste sous l'adjudant Herbin puis l'adjudant Chireux, de décembre 68 à décembre 71, très actif au forum de la FNAC.

Voici une des dernières présentations de la fanfare SML avant la dissolution du 24ième GC à Tübingen, longtemps dirigée par la main de maître de l'A/C HERBIN.
Vue d'ensemble du quartier en octobre 1990, dont la place Solférino où se produit la fanfare citée au-dessus.
Retour de manœuvre de la SML. Sur la droite, on distingue le bâtiment de la CCAS, et à gauche celui de l'instruction. La photo est prise d'une des chambre de la SML fanfare. Derrière, se trouve la chaîne d'habillement et toute la partie garage.

Quelques photos du matériel en action, aux champs de manœuvre de Mourmelon / Suippes mettant en avant le char AMX30. Celui-ci présente son Salut de tourelle.
D'autres photos communiquées par Frédéric, aux champs de manœuvre de Mourmelon / Suippes mettant en avant une Colonne de char AMX10 : Mars 1984, "brieffing" avant le départ au parcours de tir.
Diapo de Mourmelon en février 1984, à l'occasion d'un tir Milan.
Sur le capot de la première Jeep, accroupi au téléphone, c'est moi ! Debout, sur le capot de l'autre Jeep, c'est le Capitaine LAFFONT à l'époque. En arrière plan sur mon épaule droite, le Chasseur CZERWINSKI (?).
Et puis, pour terminer ces souvenirs, retour à Tübingen, au jardin du Mess, havre de paix au pied du Neckar. Ces îlots constituent de nombreux espaces verts, avec l'Österberg offrant une vue panoramique sur la ville.
Le Neckar se languit mollement entre les berges. Il est peu profond puisque les étudiants le remontent avec des barges (appelées Caruso !) en prenant appui sur de longues perches tels les gondoliers.
Mais il n'en a pas été toujours ainsi : Le 24ième GC a été appelé à la rescousse en 1976 pour arrimer (de nuit) le pilier d'un des ponts avec un de nos chars. Le débit important lors d'une crue du Neckar l'avait fragilisé ! (dixit mon sergent)
retour haut



Souvenirs par Michel Billaud 84/08, 2Cie Section 2,
Radio à terre et GV

(Pour plus de détails, CLIQUEZ sur les images)
La Section 2, 2Cie classe 1984-85. Bravo Michel pour cette photo nominative !
Revue de paquetages par le sous-lieutenant Shirmer (en treillis au milieu) mais je ne sais plus pour quelle occasion !
De gauche à droite Chasseur Thirion se rongeant les ongles, Chasseur Hauet de dos, Chasseur Legeley de face, 1ere Classe Buck, se penchant inconnu, main sur la hanche 1ere Classe Paris, inconnu, inconnu, chasseur Turki les mains dans le dos.
Revue de paquetages Chasseur Thirion présentant une veste de treillis au sous-lieutenant Schirmer, regardant le 1ere classe Paris et au 2éme plan Chasseur Turki.
Souvenir d'Otterstadt à l'occasion de manoeuvre de la traversé du Rhin avec les AMX 10 char qui flotte. Nous n'avions pas utilisé nos chars de la Cie car trop vétuste !
Gauche à droite : Assis sur le tronc d'arbre, Sergent Rivat avec son PA, Chasseur Turki Famas, Ch Golard Famas, C/C Freijo LRAC, Ch Hauet, debout,moi 1ère Classe Billaud Famas, Ch Legeley, Ch Thirion, Ch Henry LRAC, Ch Beddan, 3éme rang derrière moi 1Cl Paris un camarade de ma chambre, ch inconnu, C/C Wanner...
Souvenir d'Otterstadt

Place d'armes en été, je me souviens avoir pris la photo en étant derrière un petit sapin afin d'embellir la scène une des dernières prise de vue avant la Libération en Juillet 1985.
Ensemble de photos sur la vie du Quartier, traitant de la place d'armes : (Commentaires inclus au PASSAGE de la souris, puis CLIQUEZ sur les images)       Place d'armes vue depuis l'ordinaire      Descente des couleurs vue depuis bâtiment 2 Cie      Fanfare sur la place d'armes      Place d'armes en été      Place d'armes servant de parking pour les portes ouverte mais je ne sais pas pour quelle occasion !
Voir la Fanfare au foyer, puis fanfare devant le gymnase lors des Portes Ouvertes.

Démonstration lors des Portes Ouvertes :
      Démonstration escalades bâtiment 2 Cie      Démonstration portes ouverte      Passage délicat  en équilibre sur une corde tendu      Portes Ouvertes au 24 GC      Michel devant Char allemand Leopard lors de cette journée     

Le Quartier du 24ième GC quelques photos de Michel, des lieux et matériels utilisés par les sections mécanisées :
      Michel sur AMX 10      Michel devant la 2e Cie      Michel hangar au 24 ième GC      Le Sergent Rivat et Chasseur Gargowitch à l'hangar chars
Statue du Chasseur place d'armes devant l'ordinaire
Paré pour le défilé à Strasbourg le 14 juillet 1985 ( à confirmer ), derrière moi le Chasseur Legeley. Préparation à ce défilé lieu inconnu.

Photos sur le commando 26 RI Pont Saint Vincent :
      Pose après la remise du brevet      Le Chasseur Pascal Hauet porte mon famas      De gauche à droite C/C Haps, C/C Freijo, derrière Sergent Rivat et Chasseur Hauet      La tyrolienne      Brevet du stage commando
Les chasseurs dans la chambre à la 2e Cie section 1 et 2, dans leur intimité, de garde, bref la vie au Quartier :
      Le repos du guerrier 1ère Classe Buck      Démonstration de force Sergent Rivat      Moment de détente Sergent Rivat et Michel, partie de mini scrabble ?      Pascal Hauet et Michel Billaud devant 11e Cie période 2 mois de classe
Chambre à la 2e Cie section 1 et 2
retour haut



Liens vers des sites de Chasseurs
Cliquer sur les icônes à droite
De Michel CHANTRIAUX, chasseur du 8ième : nous n’oublions pas votre 24ième, un Bataillon de référence.
Un début de collection ! - images issues du forum du 30ième -
                                   
Le CIECM, Centre d'Instruction et d'entraînement au Combat en Montagne, gardien des traditions du 24ième GC. Le 1er juillet 2008, le CIECM a été fusionné avec le CNAM de Briançon, pour Barcelonnette.
Toujours le CIECM, mais une rétrospective sur la naissance du 24ième, dont les traditions du bataillon de la garde impériale au fanion vert / jonquille, à la différence des autres bataillons fanion bleu / jonquille.
Encore le CIECM, avec convergence de passions entre chasseurs, montagne, photos et informatique ! Equipez- vous de lunettes spéciales pour apprécier les images tri-dimensionnelles de Régis. Trop fort !
Bataillon de chasseurs, un site sur le devoir de mémoire !
Un forum dédié au 30ième, mais où tous les chasseurs s'y retrouvent !
Le site des diables bleus de Mulhouse et des anciens chasseurs du 31ième, mais en cours de restructuration complet.
Télécharger ce document sur la vie des chasseurs pendant la Grande Guerre ! Ce document, numérisé par André Bohly retrace l'historique de l'ancien bataillon de la garde impériale qui donnera naissance au 24ième bataillon de Chasseurs Alpins. Lien issu de l'association GENEMIL dans les archives militaires sur "http://www.genemilassoc.fr/index.php"
Un site remarquable par sa précision historique et la qualité des photos et images. Les articles sont clairs, les chapitres variés et agréables à parcourir, à visiter sans modération !
Le forum de la Fédération Nationale des Amicales de Chasseurs (F.N.A.C), pour rester en contact !
Le site de la garnison militaire de Saarburg ( Allemagne ) encore en activité : le 16ième Bataillon de Chasseurs. Ce site, était l'oeuvre de l'Adjudant Fabien Roncari, du Génie. Mais il semble inaccessible !
Pour les familles d'officiers et sous-officiers FFA, un lien pour se retrouver !
Enfin, un site consacré à la collection des insignes militaires de l'armée française.
retour haut


Mon activité au sein de la CCS

A tant faire de perdre une année, autant que cela sera utile. Arrivé avec une mention spéciale "FANT.A SURV" sur ma feuille de route (fantaisiste à surveiller !), j'avais intérêt à me faire tout petit...
Aussi, mon insistance de rendre service à la nation par une collaboration active n'était pas feinte : je voulais travailler et l'adjudant de ventilation m'a affecté à la CCS, pour être dépanneur radio. Cela tombait bien. La place était vacante ! Nous étions 3 dépanneurs, Conan 06, Schenk 08 et moi, la 10. Plus tard, Falzone 06 mais un an après m'a rejoint.
Très rapidement naquit une bonne entente, et pour travaux je citerais la décoration de l'arbre de Noël et la construction d'un automatisme (à partir d'un programmateur de machine à laver!) animant l'emblème du 24ième, des lampes symbolisant les chiffres.
Enfin, toute activité devant vite rébarbative (réparation des jeux d'écouteurs et micro pour casque de char), j'avais construit des boîtes de tests pour ces appareils.
Et rapidement, tous appareils électroniques cassés (radio-cassette, TV...) m'étaient envoyés pour réparation, en dehors de mon activité évidemment. J'ai même réparé des poupées allemandes pour enfants, comme quoi c'était très ouvert.

Les bons moments Les mauvais moments
  • lorsque vous tenez les couleurs et qu'elles s'envolent le long du mât de la place d'arme,
  • les promenades, bucoliques, appelées "fourragères" ou "reconnaissances",
  • manger le matin, manger à midi, manger le soir, tjrs premier dès l'appel au clairon,
  • dormir la nuit, faire la sieste que vous soyez du Nord ou du Sud, une même synergie de dépense!
  • les copains, celui qui blague, celui qui ronchonne, celui qui philosophe, bref les pôtes du 24ième,
  • les consolations lorsque une nouvelle triste vous arrive, l'ami soutien et comprend,
  • l'aventure en pays étranger, la découverte d'amis allemands, les rencontres entre étudiants,
  • les interdits, dont celui de dire à haute voix son chiffre devant le bataillon au garde à vous (pour tester la sono, il faut avancer une série de chiffres exemple 005 !),
  • les animations pour les enfants des engagés, très sympathiques, surtout lorsque l'on voit son adjudant ramper devant son épouse,
  • le départ et l'arrivée des contingents. Eh, eh s'il y a un conscrit de son pays...
  • Le froid, ennemi des Méditerranéens mais qui vous faisait réaliser des prouesses au cross,
  • le métal glacé des chars et camions, où la moindre chair dénudée collait instantanément,
  • le lever à 6h00 pour faire les corvées, au lieu d'être bien au chaud dans son lit,
  • les tours de garde, 2 heures c'est long, surtout entre 3h et 5h00 du matin,
  • les WE de garde, où l'on voit partir avec jalousie ses copains en famille,
  • l'exercice du marcher au pas, où vous êtes pilier mais handicapé de ne pas reconnaître sa droite de sa gauche,
  • le courrier, lorsque personne ne vous écrit...
  • le parcours du combattant, enfin les sortes de barres parallèles que je n'ai jamais pu escalader avec le sac à dos,
  • mon vélo, que j'ai fait venir de Valence, taxé sur le site même pdt mon absence,



  • Pour me joindre, une adresse : (E-mail)
Finalement, cela c'est passé, mais mes valeurs humaines ont été enrichies auprès de toutes ces personnes. Je peux dire (à titre personnel, cela n'engage que moi) que le service militaire était une école d'unité, de cohésion, de respect mutuel et bien sûr celle d'amitié. Je pense qu'il avait tout à fait sa place dans notre éducation, et que c'était une valeur à l'apprentissage de la vie.
retour haut